La Bourse craint que la Fed ne puisse sortir gagnante de son combat contre l’inflation sans provoquer de récession aux Etats-Unis

La Bourse craint que la Fed ne puisse sortir gagnante de son combat contre l’inflation sans provoquer de récession aux Etats-Unis

vendredi 13 mai 2022Temps de lecture: 8 minutes

 

La volatilité, c’est le maître-mot en Bourse en ce moment. Ce jeudi, le Cac 40 a reperdu une bonne partie de ce qu’il avait gagnait hier, en clôturant en repli de 1,01%, à 6.206,26 points (-3% quasiment au plus bas du jour). La hausse d’hier n’a été possible que parce que, à l’heure de la clôture des marchés européens, les indices américains étaient globalement en hausse, les investisseurs essayaient de relativiser la mauvaise surprise des derniers chiffres de l’inflation aux Etats-Unis. Seulement voilà, le Dow Jones, le S&P 500 et, surtout, le Nasdaq Composite des valeurs technologiques, ont terminé en forte baisse (aujourd’hui, ils tentent un rebond mais, une nouvelle fois, la séance est très nerveuse).

Le camp de ceux qui craignent que, en définitive, le pic de l’inflation n’est peut-être pas derrière nous, a fini par l’emporter. « Hier, le rapport sur l'indice des prix américain, montrant une augmentation plus forte que prévu sur un an, a renforcé les anticipations de taux des taux de la Fed et a accentué les craintes d’un atterrissage brutal, comme le révèle l'aplatissement de la courbe » sur le marché secondaire de la dette, explique Jim Reid, stratégiste de la Deutsche Bank à la Londres. « Si l'on examine les composantes de l'IPC, ce qui préoccupe la Fed, c'est qu'il y a de nombreux signes indiquant que les pressions inflationnistes restent larges et ne peuvent être attribuées à des chocs transitoires tels que la flambée des prix de l'énergie. »

« Doucereux »

Après la conférence de presse de Jerome Powell, la semaine dernière, la Bourse craignait déjà que l’atterrissage économique ne soit plus aussi « doux » que ce qu’elle espérait, puisque le président de la banque centrale américaine, engagée dans un mouvement de fort relèvement des taux d’intérêt pour lutter contre l’inflation, a préféré utiliser le mot « softish » (c’est-à-dire « doucereux ») que « soft » - terme repris par ailleurs cette semaine par John Williams de la Fed de New York.

Aujourd’hui, les yeux étaient fixés sur la deuxième statistique de la semaine concernant l’évolution des prix aux Etats-Unis, concernant cette fois ceux à la production. Avec le même constat que la veille, pour leur pendant à la consommation. Ils se sont un peu calmés par rapport à leur pic de mars, sans pour autant complètement rassurer sur une décélération. Sur un an, les prix à la production ont augmenté de 11%, moins que la poussée de 11,2% observée le mois précédent, mais davantage que les 10,7% anticipés par le consensus. Ils sont en hausse de 6,9% en données « core », c’est-à-dire hors éléments volatils que sont l’énergie et l’alimentation, contre 6,6% anticipés. Par rapport à mars, la progression est de 0,5% en données publiés et de 0,6% en « core », comme attendu.

Hermès à moins de 1.000 euros l’action

Dans cet environnement incertain, quand bien même l’ancienne présidente de la Fed, Janet Yellen, actuellement secrétaire au Trésor, a déclaré, peu avant la clôture de la Bourse de Paris, que la banque centrale américaine pouvait réussir à combattre l’inflation sans provoquer une récession, les actions des entreprises les plus chères du Cac 40 au regard de leur PER (prix rapporté aux bénéfices), à savoir Hermès, Kering et LVMH, figurent parmi les plus fortes baisses du jour. Hermès, qui a chuté jusqu’à plus de 5% en séance, sous les 1.000 euros l’action, a touché un plus bas d’un peu plus d’un an, tout comme Kering.

A l’inverse, STMicroelectronics, qui a présenté aujourd’hui ses nouveaux objectifs de moyen terme lors de sa journée investisseurs, a gagné 4% sur le Cac 40. Le fabricant de puces a déclaré viser une croissance soutenue de ses revenus tout en améliorant sa profitabilité. Son ambition est d’atteindre un chiffre d’affaires supérieur à 20 milliards de dollars à l’horizon 2025-2027, avec une marge brute de l’ordre de 50%.

Wall Street termine en ordre dispersé, les craintes liées à l'inflation pèsent

La Bourse de New York a fini en ordre dispersé jeudi, les investisseurs craignant que l'inflation ne reste élevée plus longtemps que prévu, ce qui pourrait inciter la Réserve fédérale à relever les taux d'intérêt de manière encore plus agressive.

L'indice Dow Jones a cédé 0,33% à 31 730,3 points, le S&P-500, plus large, a perdu 0,13% à 3 930,08 points et le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 0,06% à 11 370,96 points.

Les indices ont connu de fortes fluctuations au cours des dernières séances, la tendance s'inversant souvent avant la clôture.

"Ces fluctuations de plus de 2% à la hausse ou à la baisse sont extrêmement rares et témoignent d'une grande fragilité des investisseurs pour qu'une telle volatilité s'installe en si peu de temps", a déclaré Ryan Detrick, responsable de la stratégie de marché de LPL Financial.

"Les inquiétudes persistantes concernant l'inflation, qui semble avoir atteint un pic mais reste obstinément élevée, continuent de préoccuper les investisseurs", a-t-il ajouté.

Selon le département américain du Travail, les prix à la production ont progressé de 11,0% sur un an en avril, contre un gain de 11,5% le mois précédent, et ceux à la consommation ont augmenté de 8,3% après +8,5% en mars.

Malgré cela, on s'attend à ce que la Fed relève les taux d'intérêt directeurs d'au moins 50 points de base à au moins trois reprises au cours des prochains mois. Le Sénat américain a confirmé jeudi la nomination de Jerome Powell pour un second mandat à la tête de la banque centrale américaine.

Aux valeurs, le propriétaire du groupe de mode Kate Spade, Tapestry, a bondi après avoir s'être dit confiant dans la reprise de la demande chinoise une fois que les restrictions imposées pour lutter contre les épidémies de coronavirus dans le pays seraient levées.

Walt Disney a terminé en baisse après un deuxième trimestre inférieur aux attentes.

Palmarès du Cac 40 – séance du jour

Le top 5 du jour des valeurs du Cac 40

Le flop 5 du jour des valeurs du Cac 40

Point sur les matières premières principales

L’analyse technique du jour par DT Expert

Dans un contexte géopolitique particulièrement chahuté, le Dax, au travers de la dépendance de l’Allemagne à l’énergie russe, reste légitimement très fragilisé. Aussi, malgré le rebond actuel, tant que le point pivot situé sur les 15.000 points ne sera pas nettement dépassé, une poursuite de la correction vers les 12.000 points sera d’abord attendue, en amont d’une chute vers le palier des 11.000 points. Scénario à confirmer toutefois en cassant plus nettement le seuil intermédiaire des 13.300 points.

Scénario alternatif : au-dessus du seuil des 15.000 points, une reprise vers les 16.200 puis jusqu’aux 17.900 points (pullback du canal de LT initié en mars 2009) en extension restera privilégiée.

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put pour jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent

Voici notre sélection de turbos de la gamme Vontobel pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent sélectionné :

Bonne journée, bons trades et à la séance prochaine pour la suite de nos aventures…

 

AVERTISSEMENT

 

Les commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent l’opinion de DT Expert à un instant donné et sont susceptibles de changer à tout moment. Ils ne sauraient cependant constituer un engagement ou une garantie de la part de DT Expert. Les usagers reconnaissent et acceptent que par leur nature même, tout investissement dans des valeurs mobilières revêt un caractère aléatoire et qu’en conséquence, tout investissement de cette nature constitue un investissement à risque dont la responsabilité revient exclusivement à l’usager. Il est précisé que les performances passées d’un produit financier ne préjugent en aucune manière de leurs performances futures. Les turbos, du fait de leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations, voire de perdre toute leur valeur. Il est recommandé à toute personne non avertie des spécificités de ces produits de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Copyright 2021 – DT Expert ©

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L’ÉCHÉANCE, émis par Vontobel Financial Products GmbH, véhicule d’émission dédié de droit allemand offrant une garantie du paiement des sommes dues par l’émetteur au titre du produit donnée par Vontobel Holding AG. Le produit est soumis au risque de défaut de paiement, de faillite ainsi que de mise en résolution de Vontobel Financial Products GmbH et Vontobel Holding AG.

Renseignements importants

Ce document n’est ni un conseil en placement ni une recommandation de placement ou de stratégie de nature financière, comptable, juridique ou autre ou une stratégie d’investissement, mais une publicité. Des informations complètes sur les instruments financiers, y compris les risques, sont décrites dans le prospectus de base respectif, ainsi que tout supplément éventuel, et dans les Conditions Définitives (« Final Terms ») respectives. Le prospectus de base et les Conditions Définitives constituent les seuls documents de vente contraignants pour les instruments financiers. Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ces documents avant de prendre toute décision d’investissement afin de bien comprendre les risques et les avantages potentiels d’un investissement dans les instruments financiers. Les investisseurs peuvent télécharger ces documents et le document d’information clé (KID) sur le site internet de l’émetteur, Vontobel Financial Products GmbH, Bockenheimer Landstrasse 24, 60323 Frankfurt am Main, Allemagne, à l’adresse https://prospectus.vontobel.com. En outre, le prospectus de base, tout supplément au prospectus de base et les Conditions Définitives sont disponibles gratuitement auprès de l’émetteur. L’approbation du prospectus par l’autorité compétente ne doit pas être considérée comme un avis favorable sur les instruments financiers offerts ou admis à la négociation sur un marché réglementé. Les instruments financiers ne sont pas des produits simples et peuvent être difficiles à comprendre. Ces informations contiennent une indication des performances passées. Le rendement passé n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les produits s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les facteurs de risques tels que décrits ci-dessous représentent les principaux facteurs de risques.

Risque de perte du capital : ces produits présentant un risque de perte totale du montant investi à tout moment.

Risque de marché : ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportant pas de protection du capital.

Risque de désactivation :  pour les Turbos uniquement, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit sera automatiquement désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement.

Effet de levier : ces produits peuvent intégrer un effet de levier, qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas.

Risque de crédit : en acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

26/05/2022 23:52:03

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis