Les publications en appui du marché

Les publications en appui du marché

vendredi 30 juillet 2021Temps de lecture: 8 minutes

Les estimations du consensus sont-elles trop basses ? C’est la question que se posent les investisseurs alors que de nombreuses entreprises dévoilent des résultats financiers semestriels meilleurs que prévu, qui les poussent, parfois, à revoir à la hausse leurs projections pour l’année.

Hier encore, les bonnes nouvelles ont été nombreuses. Celles de STMicroelectronics, Airbus, Sanofi, Teleperformance, Nokia et Bic qui ont tous relevé leurs objectifs.

Celles de TotalEnergies et de Danone, qui ont dévoilé des programmes de rachats d’actions. Le groupe agro-alimentaire lance un nouveau « buyback » pouvant aller jusqu’à 800 millions d’euros. L’impact sur les attentes de bénéfice net par action dilué courant en année pleine est supérieur à 1%. En Bourse, le marché est conquis puisque le titre a gagné 6,45%, en tête du Cac 40.

De son côté, TotalEnergies va allouer « jusqu’à 40% du cash-flow supplémentaire généré au-dessus de 60 dollars par baril à des rachats d’action », a précisé son PDG Patrick Pouyanné. L’action a fini en hausse de 2,17%.

Ce n’est rien en comparaison de l’envolée de 10,33% du titre Alten. Le groupe de conseil en R&D a renoué plus vite que prévu avec la croissance organique et cette dernière devrait s’amplifier au fil des trimestres.

EDF voit rouge

Il n’y a pas eu que des bonnes nouvelles sur le front des entreprises. Ainsi, la foncière commerciale Unibail-Rodamco-Westfield (-1,8%) craint que la pandémie ne continue de peser sur ses résultats au second semestre.

Dans les télécoms, l’opérateur Orange (-3,26%) a encaissé une perte d’exploitation de 1,75 milliard d’euros au premier semestre, grevée par une dépréciation de 3,7 milliards liée à l’écart d’acquisition de l’Espagne où il a revu à la baisse ses perspectives à court terme. Le résultat net bascule lui aussi dans le rouge, à hauteur de 2,6 milliards d’euros.

Air Liquide a simplement confirmé ses objectifs pour 2021… ce qui lui vaut de finir en baisse de 2,73% en Bourse ce jeudi.

Enfin, EDF a lâché 3,46%. L’électricien a eu beau annoncer de bons chiffres, ils n’ont pas intéressé la Bourse, qui reste focalisée sur la réforme des tarifs du nucléaire et la réorganisation du groupe. Or, les négociations entre l’Etat français et Bruxelles « n’ont pas abouti à ce stade à un accord global », a indiqué le groupe.

Saluant des publications de sociétés globalement bonnes, la Bourse de Paris a poursuivi son mouvement haussier, s’installant confortablement au-dessus des 6.600 points à la clôture, à 6.633,77 points, en hausse de 0,37%. Le volume de transactions s’est établi à 3,9 milliards d’euros.

Outre-Atlantique, avant Amazon, dernière des GAFAM à dévoiler ses trimestriels après la clôture de Wall Street, Facebook (-3,52%) a annoncé, mercredi soir, qu’il table sur un ralentissement marqué de la croissance de ses ventes au second semestre.

Malgré des résultats trimestriels supérieurs aux attentes, le réseau social s’attend à ce que les récentes décisions d’Apple en matière de protection des données personnelles de ses clients, notamment leur utilisation à des fins publicitaires, nuisent à son ciblage dans ce domaine.

Moins de croissance que prévu aux Etats-Unis

Très attendue, la croissance du produit intérieur brut (PIB) américain n’a guère fait réagir. Elle est ressortie à 6,5% en rythme annualisé au deuxième trimestre, selon la première estimation du département du Commerce, soit 2,1 points en deçà des projections des économistes et 0,2 point de moins qu’au premier trimestre 2021 (6,3%).

« Le gain annualisé [est] relativement décevant […] La bonne nouvelle est que l’économie a maintenant dépassé son niveau pré-pandémique », note Paul Ashworth, chef économiste US chez Capital Economics.

Pour la suite, son ton se veut en revanche plus modéré : « Avec l’impact de la relance budgétaire qui s’estompe, la flambée des prix qui affaiblit le pouvoir d’achat, le variant Delta hors de contrôle dans le Sud et le taux d’épargne plus faible que prévu, nous prévoyons un ralentissement de la croissance du PIB à 3,5% en rythme annuel au second semestre de cette année. »

L’expert conclut de la manière suivante : « Dans l’ensemble, il s’agit d’une preuve supplémentaire que les mesures de relance ont été étonnamment peu efficaces, l’économie se heurtant rapidement à des contraintes d’approvisionnement inattendues, qui ont fait grimper l’inflation. »

Cela va dans le sens des déclarations de la Réserve fédérale américaine. Hier, elle a indiqué que si la reprise de l’économie reste sur la bonne voie, il n’y a pas urgence à réduire ses mesures de soutien.

L’institution va maintenir ses achats d’actifs à 120 milliards de dollars par mois jusqu’à ce que « des progrès substantiels supplémentaires » soient réalisés vers ses cibles de plein emploi et d’inflation. Interrogée sur la possibilité d’une annonce de réduction des achats d’actifs à la fin du mois d’août lors du symposium économique de Jackson Hole, la Fed a botté en touche.

Wall Street finit en hausse sous l’effet des résultats

La Bourse de New York a fini en hausse jeudi, le S&P-500 et le Dow Jones ayant atteint des pics inédits durant la séance, sous l’effet de résultats trimestriels et de prévisions solides, alors que des données indiquent que l’économie américaine s’est rétablie à son niveau d’avant crise sanitaire du coronavirus.

L’indice Dow Jones a gagné 0,44%, ou 153,60 points, à 35.084,53 points. Le S&P 500, plus large, a pris 18,51 points, soit 0,42%, à 4.419,15 points. Le Nasdaq Composite a avancé de son côté de 15,68 points (0,11%) à 14.778,26 points.

Des données officielles publiées dans la journée montrent que l’économie américaine a progressé de manière solide au deuxième trimestre, portant le produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au-delà de son pic d’avant crise sanitaire, même si sa croissance a été moins importante que ne l’anticipaient les analystes.

Avec la solidité du PIB, « les gens pensent que les discussions sur le tapering vont être tempérées, et c’est ce que les gens veulent voir », a commenté Peter Tuz, président de Chase Investment Counsel, à Charlottesville en Virginie.

Les investisseurs ont aussi constaté « des résultats vraiment solides aujourd’hui », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié à l’issue de deux jours de débats, la Réserve fédérale américaine (Fed) avait déclaré mercredi que l’heure n’était pas encore venue de resserrer ses mesures de soutien massives à l’économie.

Les secteurs du S&P 500 les plus sensibles, comme les finances et l’énergie, ont été parmi les plus performants au cours de la séance, tandis que celui de l’immobilier s’est établi à un record.

Côté valeurs, Ford Motor a bondi après avoir relevé sa prévision de bénéfice pour l’année. En revanche, Facebook a décliné au lendemain de l’annonce d’une vraisemblable décélération de son chiffre d’affaires au deuxième semestre.

Enfin, Tesla (+4,7%) a été l’un des principaux catalyseurs du S&P 500, de même qu’Apple, qui a effacé ses pertes de la veille.

Palmarès du Cac 40 – séance du jour

Le top 5 du jour des valeurs du Cac 40

Le flop 5 du jour des valeurs du Cac 40

 

Point sur les matières premières principales

 

L’analyse technique du jour par DT Expert

Depuis la fin de l’année dernière, Stellantis évolue dans une très nette dynamique haussière pour largement dépasser ses niveaux d’avant crise et inscrire ses plus hauts annuels en juin 2021. Le récent rebond sur l’overlap des 15€, le passage des cours au-dessus des moyennes mobiles, le croisement à la hausse de ces dernières ainsi que le niveau du RSI au-dessus des 50 nous confortent dans notre scénario haussier. Notre avis est donc positif sur le titre avec en ligne de mire un objectif à 16,52€ en amont d’une accélération vers les plus hauts annuels à 17,56€.

Scénario alternatif : la franche cassure de notre point pivot des 15,60€ invaliderait notre scénario et conduirait à une pression baissière avec un retour vers la zone des 15€.

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put pour jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent

Voici notre sélection de turbos de la gamme Vontobel pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent sélectionné :

Bonne journée, bons trades et à la séance prochaine pour la suite de nos aventures…

 

AVERTISSEMENT

Les commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent l’opinion de DT Expert à un instant donné et sont susceptibles de changer à tout moment. Ils ne sauraient cependant constituer un engagement ou une garantie de la part de DT Expert. Les usagers reconnaissent et acceptent que par leur nature même, tout investissement dans des valeurs mobilières revêt un caractère aléatoire et qu’en conséquence, tout investissement de cette nature constitue un investissement à risque dont la responsabilité revient exclusivement à l’usager. Il est précisé que les performances passées d’un produit financier ne préjugent en aucune manière de leurs performances futures. Les turbos, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations, voire de perdre toute leur valeur. Il est recommandé à toute personne non avertie des spécificités de ces produits de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Copyright 2021 – DT Expert ©

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L’ÉCHÉANCE, émis par Vontobel Financial Products GmbH, véhicule d’émission dédié de droit allemand offrant une garantie du paiement des sommes dues par l’émetteur au titre du produit donnée par Vontobel Holding AG. Le produit est soumis au risque de défaut de paiement, de faillite ainsi que de mise en résolution de Vontobel Financial Products GmbH et Vontobel Holding AG. 

Renseignements importants 

Ce document n’est ni un conseil en placement ni une recommandation de placement ou de stratégie de nature financière, comptable, juridique ou autre ou une stratégie d’investissement, mais une publicité. Des informations complètes sur les instruments financiers, y compris les risques, sont décrites dans le prospectus de base respectif, ainsi que tout supplément éventuel, et dans les Conditions Définitives (« Final Terms ») respectives. Le prospectus de base et les Conditions Définitives constituent les seuls documents de vente contraignants pour les instruments financiers. Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ces documents avant de prendre toute décision d’investissement afin de bien comprendre les risques et les avantages potentiels d’un investissement dans les instruments financiers. Les investisseurs peuvent télécharger ces documents et le document d’information clé (KID) sur le site internet de l’émetteur, Vontobel Financial Products GmbH, Bockenheimer Landstrasse 24, 60323 Frankfurt am Main, Allemagne, à l’adresse https://prospectus.vontobel.com. En outre, le prospectus de base, tout supplément au prospectus de base et les Conditions Définitives sont disponibles gratuitement auprès de l’émetteur. L’approbation du prospectus par l’autorité compétente ne doit pas être considérée comme un avis favorable sur les instruments financiers offerts ou admis à la négociation sur un marché réglementé. Les instruments financiers ne sont pas des produits simples et peuvent être difficiles à comprendre. Ces informations contiennent une indication des performances passées. Le rendement passé n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les produits s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les facteurs de risques tels que décrits ci-dessous représentent les principaux facteurs de risques. 

Risque de perte du capital : ces produits présentant un risque de perte totale du montant investi à tout moment. 

Risque de marché : ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportant pas de protection du capital. 

Risque de désactivation :  pour les Turbos uniquement, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit sera automatiquement désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement. 

Effet de levier : ces produits peuvent intégrer un effet de levier, qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas. 

Risque de crédit : en acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

25/01/2022 14:43:05

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis