Les velléités haussières ont la dent dure

Les velléités haussières ont la dent dure

lundi 26 juillet 2021Temps de lecture: 9 minutes

Après un faux départ lundi, où il a lâché 2,54%, le Cac 40 s’est ressaisi et affiche un bilan positif de 1,68% sur la semaine. Il serait exagéré de dire que l’indice parisien avait une forme olympique vendredi, mais il a enregistré un joli gain de 1,35%, ce qui lui permet de se rapprocher des 6.600 points, à 6.568,82 points.

Il a été aidé, comme les jours précédents, par les bonnes publications de résultats des entreprises, mais aussi le discours très accommodant de la Banque centrale européenne et les indices d’activité dans le secteur privé de la zone euro.

« Colombe »

En juillet, l’indice composite calculé par IHS Markit, qui mesure l’activité manufacturière comme celle des services, a inscrit un record de 21 ans, à 60,6 points, en version préliminaire.

Toutefois, on note des différences en fonction des pays, entre l’Allemagne, où la reprise se confirme, et la France, qui connaît un ralentissement en raison d’une pénurie de matériaux et de retards de livraisons.

« Les indicateurs prospectifs ont été mitigés », nuance encore Ricardo Amaro, économiste senior chez Oxford Economics. « Alors que la croissance des nouvelles commandes dans la zone euro a atteint son niveau le plus élevé depuis plus de 21 ans, les prévisions des entreprises pour l’année à venir sont tombées à leur plus bas niveau depuis cinq mois […] L’augmentation récente des nouvelles tendances du coronavirus et la propagation de la variante Delta, plus transmissible, laissent une trace sur la confiance de la zone euro. »

Le discours de la BCE, clairement très « colombe », a aussi entretenue la dynamique haussière sur les marchés financiers. La politique monétaire dans la zone euro devrait rester ultra-accommodante, et ce de façon persistante, a précisé le communiqué.

« La BCE va désormais tolérer une inflation au-dessus de l’objectif de 2% et cette tolérance est un jugement et non le résultat d’une formule mathématique, ouvrant donc des débats nourris au sein des prochains conseils », souligne Patrice Gautry, chef économiste chez Union Bancaire Privée.

« L’écart entre l’inflation projetée en 2023 (1.4%) et l’objectif de 2% est tel que l’on aurait même pu attendre une déclaration plus agressive concernant les achats de la banque centrale, et pourquoi pas une extension soit de la durée ou des montants du PEP ou des APP. Ces points sont toutefois renvoyés à la prochaine réunion de septembre où seront présentées les nouvelles projections économiques. »

A partir de la semaine prochaine, l’attention du marché va se tourner vers la Réserve fédérale américaine, qui rendra son verdict monétaire mercredi. La question d’une réduction du montant des achats d’actifs, actuellement de 120 milliards de dollars par mois, devrait être largement débattue.

L’aéronautique sur un petit nuage

Sur le front des valeurs, le groupe d’électronique de défense Thales (+0,72%) a relevé sa prévision de revenus pour 2021 et confirmé ses autres objectifs, après avoir enregistré une forte progression de ses résultats et des prises de commandes record à fin juin.

Les autres valeurs liées à l’aéronautique ont également été recherchées. Airbus a engrangé 1,81%, aidé par Credit Suisse. Le broker a rehaussé son cours cible de 101 à 134 euros, estimant que la récente accélération du rythme des livraisons est de bon augure pour les résultats qui seront annoncés cette semaine.

De son côté, Dassault Aviation s’est adjugé 4,54%. Le fabricant des avions Falcon et des chasseurs Rafale a fait état d’une augmentation de ses prises de commandes et de ses revenus au premier semestre. La solidité des livraisons dans la défense ayant compensé le recul observé dans l’aviation d’affaires.

Seb durement sanctionné

En tête du SRD, Valeo a grimpé de 5,96%. L’équipementier automobile a confirmé ses perspectives pour 2021, en dépit des problèmes d’approvisionnement en semi-conducteurs.

A l’inverse, Seb a chuté de 7,6%, freiné par les craintes concernant les marges. Si les ventes du deuxième trimestre ont dépassé les attentes, elles témoignent d’une activité « atone » en Chine, estiment les analystes de Bryan, Garnier & Co. Le fabricant de petit électroménager, qui a relevé sa prévision de croissance pour l’année, cite notamment la hausse des coûts des matières premières et de la logistique pour maintenir sa prévision de marge.

Le trio majeur de Wall Street clôture à des plus-hauts

La Bourse de New York a conclu vendredi sur des records, un rebond décisif après le malaise de lundi, qui permet d’afficher un nouveau gain hebdomadaire, le quatrième en cinq semaines.

Selon des résultats définitifs, l’indice Dow Jones a gagné 0,68%, dépassant pour la première fois en clôture le seuil des 35.000 points, à 35.061,55 points. Le Nasdaq a engrangé 1,04% à 14.836,99 points et l’indice élargi S&P 500, 1,01% à 4.411,79 points.

Après la frayeur de lundi où les indices avaient connu la pire séance de l’année à cause des craintes de l’impact économique du variant Delta, Wall Street a affiché finalement des gains hebdomadaires.

Sur la semaine, le Dow Jones est en progrès de 1,09%, le Nasdaq de 2,84% et le S&P 500 de 2,02%.

« La résilience du marché s’est poursuivie après les inquiétudes (...) du début de semaine où l’on pensait avoir peut-être atteint un pic de croissance économique », ont souligné les analystes de Schwab.

Pour Marris Ogg, de Tower Bridge Advisors, « les résultats d’entreprises ont tiré les cours des actions à la hausse. C’est encourageant de voir qu’on atteint de nouveaux records en plein milieu de la saison des résultats », a mentionné la gestionnaire de portefeuille.

A la veille d’une réunion monétaire de la Fed la semaine prochaine, les inquiétudes quant à la persistance de l’inflation, qui avaient aussi inquiété les marchés, se sont un peu calmées.

« De toute évidence, les bons du Trésor ne nous montrent pas que nous allons avoir de l’inflation », note Marris Ogg alors que les rendements de la dette américaine à 10 ans sont restés stables à 1,27%.

« La plupart des entreprises semblent nous dire, à part Intel, que les goulets d’étranglement dans la chaîne d’approvisionnement", qui causent notamment les hausses de prix, "vont se résorber dans les quatre à cinq mois à venir », a ajouté la spécialiste.

Parmi les résultats trimestriels du jour, American Express (+1,33%), membre du Dow Jones, a vu son chiffre d’affaires bondir de 33% au 2e trimestre, après cinq trimestres consécutifs de baisse, grâce au regain d’achats des consommateurs.

Actions chinoises dans la tourmente

Du côté de la tech, Snap a bondi de 23,90% à 78,02 dollars après avoir annoncé la veille une progression plus forte qu’attendue des utilisateurs quotidiens de l’application Snapchat, à 293 millions. Cette performance et celle de Twitter (+3,05%) s’est étendue aux autres réseaux sociaux comme Pinterest (+5,78%) et Facebook (+5,30%), qui annoncera ses résultats la semaine prochaine.

Plusieurs actions de groupes chinois ont connu une nouvelle séance de tourmente alors que Pékin durcit son action règlementaire à l’encontre notamment des entreprises du pays cotées à l’étranger.

Le « Uber chinois », Didi a chuté de 20,98% à 8,06 dollars alors que les régulateurs chinois envisagent de prendre des sanctions exemplaires à l’encontre de la start-up, dont une amende record.

Cela intervient après la levée de 4,4 milliards de dollars par Didi lors de son entrée fin juin à la Bourse de New York, à laquelle Pékin n’était pas favorable.

Le géant du commerce en ligne Alibaba, lui-même cible d’une amende de 2,3 milliards d’euros en avril, a perdu 3,51% à Wall Street à 206,53 dollars.

A court terme, cette pression de Pékin pour durcir les conditions de cotation à l’étranger pour ses entreprises dans un contexte de rivalité croissante avec les Etats-Unis, « signifie que la Chine va faire moins affaire avec les Etats-Unis et vice-versa », notait Marris Ogg de Tower Bridge Advisors. « Ce n’est certainement pas un plus ».

 

Palmarès du Cac 40 – séance du jour

Le top 5 du jour des valeurs du Cac 40

Le flop 5 du jour des valeurs du Cac 40

 

Point sur les matières premières principales

 

L’analyse technique du jour par DT Expert

Après un début de semaine en forte baisse dans la continuité de la précédente, le Cac a marqué une reprise nette et sans bavure, reprenant le dessus. Ces dernières semaines correctives ont fait perdre à l’indice de référence de la Bourse de Paris son statut d’indice majeur international le plus performant au profit de l’AEX néerlandais, sans pour autant remettre en cause notre analyse haussière. Le Cac garde un potentiel intéressant à court terme comme le montre le passage du cours de Bourse au-dessus de ses moyennes mobiles et le franchissement du seuil clé des 50 sur le RSI. De plus, le baromètre de la place parisienne vient de franchir à la hausse le biseau d’élargissement descendant, signe de retournement de tendance.

Nous nous positionnons donc à l’achat avec comme premier objectif, les plus hauts historiques à 6.690 points, puis les 7.000 points qui correspondent au report de la différence entre le point le plus haut et le point le plus bas au sein du biseau.

Scénario alternatif : la franche cassure du pivot des 6.400 points invaliderait notre scénario et conduirait à une pression vendeuse vers les 6.300 points en amont d’une plus ample correction vers l’overlap des 6.110 points.

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put pour jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent

Voici notre sélection de turbos de la gamme Vontobel pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent sélectionné :

Bonne journée, bons trades et à la séance prochaine pour la suite de nos aventures…

 

AVERTISSEMENT

Les commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent l’opinion de DT Expert à un instant donné et sont susceptibles de changer à tout moment. Ils ne sauraient cependant constituer un engagement ou une garantie de la part de DT Expert. Les usagers reconnaissent et acceptent que par leur nature même, tout investissement dans des valeurs mobilières revêt un caractère aléatoire et qu’en conséquence, tout investissement de cette nature constitue un investissement à risque dont la responsabilité revient exclusivement à l’usager. Il est précisé que les performances passées d’un produit financier ne préjugent en aucune manière de leurs performances futures. Les turbos, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations, voire de perdre toute leur valeur. Il est recommandé à toute personne non avertie des spécificités de ces produits de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Copyright 2021 – DT Expert ©

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L’ÉCHÉANCE, émis par Vontobel Financial Products GmbH, véhicule d’émission dédié de droit allemand offrant une garantie du paiement des sommes dues par l’émetteur au titre du produit donnée par Vontobel Holding AG. Le produit est soumis au risque de défaut de paiement, de faillite ainsi que de mise en résolution de Vontobel Financial Products GmbH et Vontobel Holding AG. 

Renseignements importants 

Ce document n’est ni un conseil en placement ni une recommandation de placement ou de stratégie de nature financière, comptable, juridique ou autre ou une stratégie d’investissement, mais une publicité. Des informations complètes sur les instruments financiers, y compris les risques, sont décrites dans le prospectus de base respectif, ainsi que tout supplément éventuel, et dans les Conditions Définitives (« Final Terms ») respectives. Le prospectus de base et les Conditions Définitives constituent les seuls documents de vente contraignants pour les instruments financiers. Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ces documents avant de prendre toute décision d’investissement afin de bien comprendre les risques et les avantages potentiels d’un investissement dans les instruments financiers. Les investisseurs peuvent télécharger ces documents et le document d’information clé (KID) sur le site internet de l’émetteur, Vontobel Financial Products GmbH, Bockenheimer Landstrasse 24, 60323 Frankfurt am Main, Allemagne, à l’adresse https://prospectus.vontobel.com. En outre, le prospectus de base, tout supplément au prospectus de base et les Conditions Définitives sont disponibles gratuitement auprès de l’émetteur. L’approbation du prospectus par l’autorité compétente ne doit pas être considérée comme un avis favorable sur les instruments financiers offerts ou admis à la négociation sur un marché réglementé. Les instruments financiers ne sont pas des produits simples et peuvent être difficiles à comprendre. Ces informations contiennent une indication des performances passées. Le rendement passé n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les produits s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les facteurs de risques tels que décrits ci-dessous représentent les principaux facteurs de risques. 

Risque de perte du capital : ces produits présentant un risque de perte totale du montant investi à tout moment. 

Risque de marché : ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportant pas de protection du capital. 

Risque de désactivation :  pour les Turbos uniquement, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit sera automatiquement désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement. 

Effet de levier : ces produits peuvent intégrer un effet de levier, qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas. 

Risque de crédit : en acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

25/01/2022 14:03:05

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis