Premières sanctions de la saison des trimestriels

Premières sanctions de la saison des trimestriels

vendredi 22 octobre 2021Temps de lecture: 10 minutes

La Bourse de Paris accuse son troisième repli en quatre séances, l’attrait pour les actifs à risque étant érodé par des publications d’entreprises de plus en plus mitigées à mesure que la saison des trimestriels avance.

Les tensions sur les prix et les approvisionnements commencent à apparaître dans les prévisions de certaines d’entre elles, même si, dans l’ensemble, la tendance demeure favorable.

Le dossier Evergrande est également revenu hanter les esprits alors que l’action du poids lourd de l’immobilier chinois a chuté de plus de 12% ce matin après l’échec des discussions sur la cession d’une participation dans l’une de ses filiales. Le délai de grâce de 30 jours accordé au groupe pour éviter un défaut expire ce week-end.

Le Cac 40 finit en repli de 0,29% à 6.686,17 points, dans de relativement faibles volumes d’échanges (2,9 milliards d’euros malgré les nombreuses publications d’entreprises). A Wall Street, les indices se montrent hésitants au lendemain d'un nouveau record du Dow Jones.

Composante de l’indice, IBM abandonne 7% après l’annonce d’un chiffre d’affaires trimestriel inférieur aux attentes, tant dans les activités de services informatiques que dans le cloud. Sur le Nasdaq, Tesla progresse de plus de 3%, soutenu par un bénéfice et des revenus trimestriels record malgré la pénurie de puces qui fait des ravages dans l’industrie automobile.

Si, contrairement à ses concurrents, Tesla est en mesure de braver la crise des approvisionnements, c’est parce que le groupe, très intégré verticalement, produit une partie des pièces qu’il utilise (des microcontrôleurs au des sièges de voiture), ce qui lui donne, par ailleurs, un meilleur pouvoir de négociation avec les fournisseurs. 

Hermès en soutien, Eurofins déçoit sur ses prévisions

A Paris, Hermès a gagné 1,4%. Le sellier de luxe a fait état d'une croissance de 31,2% de ses ventes à changes constants au troisième trimestre à la faveur d'une dynamique jugée « exceptionnelle » par la direction. « En dépit d’une base de comparaison élevée au quatrième trimestre, le groupe aborde la fin de l’année avec confiance », indique le groupe.

« Toutes les zones géographiques enregistrent une forte croissance, avec une accélération aux Amériques (+48%), une solide performance en Asie (+23% avec la Chine à +29%) et un rebond en Europe (+40%) grâce de moindres restrictions, à la réouverture des magasins, à la croissance des ventes en ligne ainsi qu’à la reprise partielle des flux touristiques », constate-t-on chez Bordier & Cie, filiale française de la banque privée suisse. « Hermès fait encore une fois mieux et plus fort qu’attendu tant sur le chiffre d’affaires que dans la croissance organique des ventes. »

Dans le secteur du luxe, L’Oréal figure également parmi les plus fortes hausses du jour avant de rendre à son tour, après la clôture du Cac 40, sa copie trimestrielle.

Carrefour a progressé de 1,7%. Le distributeur a confirmé son objectif de cash-flow libre net 2021 « nettement » au-delà d'un milliard d'euros. Il néanmoins constaté un ralentissement de la croissance de son chiffre d'affaires au troisième trimestre sous l'effet d'une baisse de ses ventes en France en raison de l'obligation du pass sanitaire dans les grands centres commerciaux. Le distributeur va alléger son exposition directe aux hypermarchés.

Pernod Ricard a perdu 0,5%. Le groupe de spiritueux a fait état d'un premier trimestre « dynamique », avec une croissance interne des ventes de 20%, au-delà des attentes. Il a néanmoins prévenu que le rythme de progression serait plus modéré sur le reste de l'exercice 2021-2022.

Eurofins Scientific clôture sur une chute de 7%. Le spécialiste des tests diagnostiques (santé, eau, air, alimentaire) a certes relevé son objectif de chiffre d'affaires pour 2021 après une forte hausse de ses revenus trimestriels. Il maintient cependant ses prévisions d’excédent brut d’exploitation (Ebitda) et de flux de trésorerie annuels, ce qui implique, selon Morgan Stanley, une marge d’Ebitda inférieure à sa précédente estimation. Les prévisions déçoivent.

Soitec et Rexel font le grand écart sur le SRD

Hors indice phare, bioMérieux s’est adjugé plus de 4%. Le spécialiste des diagnostics in vitro a relevé ses objectifs pour 2021, alors que la crise sanitaire a continué d'avoir un effet positif sur ses ventes au troisième trimestre. « Les ventes annuelles sont maintenant attendues en croissance organique de 4% à 7%, à taux de change et périmètre constants » et « le résultat opérationnel courant contributif devrait être supérieur à 700 millions d'euros à taux de change courants », indique le groupe.

Plus forte hausse du SRD, Soitec a bondi de 8%. Le fabricant de matériaux pour les semi-conducteurs a fait état d’une croissance de ses ventes de 37% de ses ventes trimestrielles et relevé ses prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

Au contraire, Rexel a chuté de plus de 9%. Le distributeur de matériel électrique auprès des professionnels a enregistré une nouvelle croissance à deux chiffres au troisième trimestre, en ralentissement par rapport au premier semestre. Le chiffre d’affaires est un peu en dessous des attentes du consensus, en raison d’une contraction de l’activité en Chine, qui compte pour moins de 8% des ventes totales.

A Wall Street, le S&P 500 renoue avec les records

A Wall Street, l'indice élargi S&P 500 a terminé sur un record jeudi, dopé par un bon indicateur de l'emploi américain et par les secteurs de la consommation et des technologies.

L'indice Dow Jones a conclu proche de l'équilibre à 35.603,08 points (-0,02%), le Nasdaq, à forte concentration technologique, a gagné 0,62% à 15.215,70 points et le S&P 500 a engrangé 0,30% pour atteindre un nouveau record à 4.549,78 points.

Sept des onze secteurs du S&P 500, indice le plus représentatif du marché américain, ont conclu dans le vert à commencer par le secteur des produits de consommation qui comprend les constructeurs automobiles.

Tesla a ainsi boosté l'indice, de même que celui du Nasdaq, alors que, fort de résultats solides, le constructeur de voitures électriques a vu son titre bondir de 3,26% pour atteindre le nouveau sommet de 894 dollars.

Le groupe d'Elon Musk, qui avait annoncé ses résultats trimestriels après la clôture mercredi, a affiché un chiffre d'affaires en hausse de 57% et un bénéfice de 1,6 milliard de dollars, quasiment multiplié par cinq par rapport à un an plus tôt.

En revanche, IBM, qui fait partie du Dow Jones, a plombé l'indice après une chute drastique de 9,56% à 128,33 dollars provoquée par des résultats trimestriels décevants. De juillet à septembre, le géant de l'informatique a dégagé 1,1 milliard de dollars de bénéfice net, contre 1,7 milliard il y a un an à la même période.

American Airlines a été saluée (+1,90% à 19,89 dollars) après des résultats meilleurs qu'attendu pour le troisième trimestre malgré la montée progressive du variant Delta du Covid-19 au cours de la période, qui a freiné la reprise du trafic aérien. Sa rivale United, qui avait annoncé mardi une amélioration des comptes, même si elle reste en pertes sans les aides ponctuelles du gouvernement, a aussi été soutenue (+1,68% à 46,72 dollars).

Le groupe de services de paiement Paypal, qui est dit intéressé par le rachat au prix fort du réseau social Pinterest, a été sanctionné (-5,86% à 243,21 dollars) tandis que son rival Square a engrangé 3,81% à 265,08 dollars. Le réseau de partage de photos Pinterest a lâché quant à lui 2,12% à 61,35 dollars.

Deuxième essai réalisé pour WeWork

Le spécialiste des bureaux partagés WeWork a fait son entrée en Bourse deux ans après une introduction avortée sur le marché new-yorkais et une saga aux multiples rebondissements qui a failli faire imploser le groupe.

Dirigée par de nouveaux responsables, la compagnie a fusionné avec la « SPAC » (Special purpose acquisition company) BowX, un moyen très en vogue de s'introduire en Bourse plus facilement.

Coté sous le symbole WE, le titre a gagné 13,49% à 11,78 dollars, alors que le titre de la SPAC avait clôturé à 10,38 dollars la veille. Cela valorisait la compagnie à plus de 9 milliards de dollars, sans rapport avec les 47 milliards de dollars de valorisation théorique visés en janvier 2019.

Au rang des indicateurs, les nouvelles étaient bonnes du côté du marché du travail aux Etats-Unis où les inscriptions hebdomadaires au chômage ont continué à reculer mi-octobre, atteignant un nouveau plus bas depuis le début de la pandémie. Les demandes d'allocations chômage se sont inscrites à 290.000 la semaine dernière, 6.000 de moins que la semaine précédente. Les analystes misaient sur 303.000 demandes.

Ces chiffres ont donné du tonus au dollar, reparti à la hausse après un plus bas en trois semaines la veille, alors que se profile à l'horizon de la fin de l'année, la diminution des injections de liquidités par la Banque centrale américaine (Fed).

Les rendements obligataires sur les bons du Trésor à 10 ans se sont nettement tendus à 1,69% contre 1,65% le jour d'avant.

 

Palmarès du Cac 40 – séance du jour

Le top 5 du jour des valeurs du Cac 40

Le flop 5 du jour des valeurs du Cac 40

 

Point sur les matières premières principales

 

L’analyse technique du jour par DT Expert

Depuis fin 2020, le titre Apple connaît une dynamique haussière. Après avoir atteint ses plus-hauts historiques au mois de septembre 2021, le titre est entré dans une phase de correction. Le fort rebond en cours sur le titre a permis aux cours de repasser au-dessus des moyennes mobiles 20 et 50. Le RSI venant de repasser au-dessus du seuil des 50 est un autre indicateur de la vague de hausse en cours sur le titre. Nous anticipons une continuation de la hausse en direction des 151,55$ dans un premier temps et puis vers les 157,05$ qui correspondent aux plus-hauts historiques.

Scénario alternatif : la franche cassure du point pivot à 145$ conduirait à un retour sur le support à 141,50$.

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put pour jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent

Voici notre sélection de turbos de la gamme Vontobel pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent sélectionné :

Bonne journée, bons trades et à la séance prochaine pour la suite de nos aventures…

 

AVERTISSEMENT

Les commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent l’opinion de DT Expert à un instant donné et sont susceptibles de changer à tout moment. Ils ne sauraient cependant constituer un engagement ou une garantie de la part de DT Expert. Les usagers reconnaissent et acceptent que par leur nature même, tout investissement dans des valeurs mobilières revêt un caractère aléatoire et qu’en conséquence, tout investissement de cette nature constitue un investissement à risque dont la responsabilité revient exclusivement à l’usager. Il est précisé que les performances passées d’un produit financier ne préjugent en aucune manière de leurs performances futures. Les turbos, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations, voire de perdre toute leur valeur. Il est recommandé à toute personne non avertie des spécificités de ces produits de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Copyright 2021 – DT Expert ©

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L’ÉCHÉANCE, émis par Vontobel Financial Products GmbH, véhicule d’émission dédié de droit allemand offrant une garantie du paiement des sommes dues par l’émetteur au titre du produit donnée par Vontobel Holding AG. Le produit est soumis au risque de défaut de paiement, de faillite ainsi que de mise en résolution de Vontobel Financial Products GmbH et Vontobel Holding AG. 

Renseignements importants 

Ce document n’est ni un conseil en placement ni une recommandation de placement ou de stratégie de nature financière, comptable, juridique ou autre ou une stratégie d’investissement, mais une publicité. Des informations complètes sur les instruments financiers, y compris les risques, sont décrites dans le prospectus de base respectif, ainsi que tout supplément éventuel, et dans les Conditions Définitives (« Final Terms ») respectives. Le prospectus de base et les Conditions Définitives constituent les seuls documents de vente contraignants pour les instruments financiers. Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ces documents avant de prendre toute décision d’investissement afin de bien comprendre les risques et les avantages potentiels d’un investissement dans les instruments financiers. Les investisseurs peuvent télécharger ces documents et le document d’information clé (KID) sur le site internet de l’émetteur, Vontobel Financial Products GmbH, Bockenheimer Landstrasse 24, 60323 Frankfurt am Main, Allemagne, à l’adresse https://prospectus.vontobel.com. En outre, le prospectus de base, tout supplément au prospectus de base et les Conditions Définitives sont disponibles gratuitement auprès de l’émetteur. L’approbation du prospectus par l’autorité compétente ne doit pas être considérée comme un avis favorable sur les instruments financiers offerts ou admis à la négociation sur un marché réglementé. Les instruments financiers ne sont pas des produits simples et peuvent être difficiles à comprendre. Ces informations contiennent une indication des performances passées. Le rendement passé n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les produits s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les facteurs de risques tels que décrits ci-dessous représentent les principaux facteurs de risques. 

Risque de perte du capital : ces produits présentant un risque de perte totale du montant investi à tout moment. 

Risque de marché : ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportant pas de protection du capital. 

Risque de désactivation :  pour les Turbos uniquement, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit sera automatiquement désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement. 

Effet de levier : ces produits peuvent intégrer un effet de levier, qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas. 

Risque de crédit : en acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

06/12/2021 16:34:00

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis