Prises de bénéfices sur le marché

Prises de bénéfices sur le marché

mercredi 28 juillet 2021Temps de lecture: 9 minutes

Le Cac 40 a perdu 0,71% hier, pour finir à 6.531,92 points. Après le rebond de la semaine dernière, la prise d’initiatives est à nouveau sur la retenue depuis avant-hier.

Avec les vacances, les volumes d’échanges sont faibles, les boursiers n’ont pas envie de prendre de risques, d’autant que le variant Delta reste un sujet de préoccupation. La flambée des nouveaux cas de coronavirus dans les pays en développement, qui sont les usines du monde, accroît la pression sur les chaînes d’approvisionnement.

La pénurie de puces électroniques freine la production automobile. Problème qui a encore été souligné, hier soir, par Tesla, lors de la publication de ses comptes du deuxième trimestre.

Pour la première fois, le constructeur a dégagé un bénéfice de plus de 1 milliard de dollars malgré de « légères pertes » sur les modèles S et Y, a précisé Elon Musk lors d’un webcast avec les analystes financiers.

« Les difficultés sur la chaîne d’approvisionnement, y compris les expéditions, ont continué à déchaîner des vents de face au niveau des coûts. […] La pénurie mondiale de puces reste très sérieuse. L’approvisionnement est fondamentalement le facteur déterminant de notre production. »

Tesla abandonne 2% à New York, où les indices sont dans le rouge. Les mastodontes Apple, Microsoft et Alphabet (Google) rendront leur copie après la clôture des marchés américains.

En France, Dassault Systèmes, Worldline, Michelin et LVMH ont publié leurs comptes du premier semestre.

L’éditeur de logiciels 3D Dassault Systèmes a atteint de nouveaux sommets en Bourse après avoir relevé ses prévisions de croissance du bénéfice net par action (BNPA) et de chiffre d’affaires non-IFRS pour 2021. Il anticipe une hausse de 23% à 25% de son BNPA cette année, contre une précédente prévision de +17% à +18%.

Michelin a, lui aussi, relevé ses objectifs financiers pour 2021 alors que ses ventes et sa rentabilité ont profité du rebond de ses marchés au premier semestre. Le fabricant de pneus vise désormais un résultat annuel opérationnel des secteurs « supérieur » à 2,8 milliards d’euros à taux de changes constants contre « plus de 2,5 milliards d’euros » précédemment annoncés.

Il table en outre sur un cash-flow libre structurel « supérieur » à 1 milliard d’euros et non plus « d’environ » 1 milliard d’euros. Michelin a gagné jusqu’à 1,4% en séance, poussant à 137,2 euros, tout près de son record de 138,5 euros touché vendredi.

Ventes et marges record pour LVMH

A l’inverse, Worldline, qui était aussi au plus haut vendredi, a chuté jusqu’à presque 10% hier. Le spécialiste des paiements électroniques a confirmé ses objectifs pour l’exercice 2021, après avoir vu ses résultats se redresser au premier semestre, mais la marge a déçu.

Pour les analystes de JPMorgan, le chiffre d’affaires est globalement en ligne avec les attentes grâce à la reprise, mais dans l’ensemble les résultats sont quelques peu « insipides », tandis que Jefferies les qualifie de « mitigés ».

Mais les boursiers ont surtout regretté l’absence de nouveaux développements s’agissant de la branche « terminaux de paiement » héritée du rachat d’Ingenico. « En ce qui concerne la revue stratégique de l’activité, aucune conclusion n’a encore été annoncée », note l’analyste Stéphane Houri, chez Oddo BHF.

« Le groupe affirme que des travaux intensifs ont été menés, que cette revue est en bonne voie et que Worldline a l’intention de la terminer cette année. Des articles récents dans la presse française indiquaient qu’Apollo était le dernier prétendant et que le prix avoisinait les 2,5 milliards d’euros. »

Enfin, LVMH a gagné un peu plus de 2% avant de finir en repli de 0,56%, à seulement quelques encablures de son record de juin. Le géant du luxe, plus grosse capitalisation d’Europe, a enregistré un chiffre d’affaires et des marges record au premier semestre, grâce surtout aux fortes ventes en Chine et aux Etats-Unis.

C’est à peine si la pandémie a ralenti la croissance du groupe dirigé par Bernard Arnault, troisième plus grosse fortune mondiale derrière le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, à la lutte avec Elon Musk de Tesla pour la deuxième place.

A 28,7 milliards d’euros, le chiffre d’affaires du numéro un mondial du secteur est ressorti en progression de 56% par rapport aux six premiers mois de 2020 et en augmentation de 14,3% par rapport aux chiffres de la fin juin 2019, hors impact des acquisitions et des variations de changes (+11% en données comparables).

La plus grande division de LVMH, la mode et la maroquinerie (qui génère près des trois quarts du bénéfice d’exploitation grâce notamment aux ventes de sacs Louis Vuitton et Dior) a été, une nouvelle fois le moteur de la croissance, même si la branche « montres et joaillerie » confirme sa franche reprise. Les ventes de champagnes ont également progressé.

Wall Street finit en baisse, lestée par des prises de bénéfices

La Bourse de New York a terminé en baisse mardi, entraînée dans le rouge par des prises de bénéfices, avant la fin de la réunion de la Fed mercredi. Les trois indices avaient terminé lundi soir sur de nouveaux records.

Le Dow Jones a terminé en repli de 0,24% à 35.058,52 points, le Nasdaq de 1,21% à 14.660,57 points et l’indice élargi S&P 500 de 0,47% à 4.401,46 points.

« Aujourd’hui, on prend ses bénéfices après un gros parcours » à la hausse, depuis le décrochage marqué du lundi 19 juillet, a expliqué Patrick O’Hare, de Briefing.com.

Autre élément de nature à freiner les indices, pour Angelos Kourkafas, de la société Edward Jones, les investisseurs « sont troublés par les mesures énergiques prises en Chine » contre des géants de la tech, qui ont fait chuter les Bourses de Shanghai et Hong Kong.

Par ailleurs, à Wall Street, beaucoup ont aussi observé le manque de soutien mardi à des valeurs qui avaient publié ces dernières heures des résultats supérieurs aux attentes, comme Tesla ou UPS.

Bien qu’ayant fait mieux qu’attendu et dégagé, pour la première fois, plus d’un milliard de dollars de bénéfices sur un trimestre (1,14 milliard), le fabricant de véhicules électriques a cédé mardi 1,95% à 644,78 dollars.

Le groupe de messagerie UPS a lui franchement décroché, abandonnant 6,99% à 195,19 dollars. Plutôt que le chiffre d’affaires et le bénéfice supérieurs aux anticipations, les investisseurs ont retenu les commentaires prudents des dirigeants et des revenus moins bons que prévu sur le marché américain.

Selon Patrick O’Hare, les opérateurs envisagent ainsi la possibilité que les géants de la tech, dont Apple, Alphabet (Google) et Microsoft, qui publiaient mardi après Bourse et ont une importance majeure dans les indices, ne soient victimes du même phénomène.

« La barre est clairement haute », a reconnu Angelos Kourkafas quant aux attentes vis-à-vis des poids lourds du secteur technologique et d’internet.

Outre ces publications, Wall Street attend avec impatience la communication de la Fed mercredi et la conférence de presse de son président, Jerome Powell.

« Le marché pense qu’avec l’augmentation (des cas de) variant Delta (du coronavirus), la Fed va continuer à parler d’attendre et d’observer », a expliqué Patrick O’Hare.

Sur le plan des valeurs, la séance a une nouvelle fois été morose pour les entreprises chinoises cotées à Wall Street.

Le géant du commerce en ligne Alibaba a lâché 2,97% à 186,07 dollars, la plateforme de mise en relation des producteurs agroalimentaires et des consommateurs Pinduoduo 10,35% à 79,53 dollars et Tencent Music 4,78% à 9,96 dollars.

Quant au groupe diversifié General Electric (GE), il a lui profité (+1,24% à 13,08 dollars) de résultats trimestriels supérieurs aux attentes accompagnés d’un relèvement partiel de ses prévisions.

GE reste en perte (1,2 milliard de dollars), mais a vu son chiffre d’affaires et ses marges progresser, tandis qu’il dégageait de nouveau un flux de liquidités disponibles positif.

Le groupe industriel Raytheon a relevé mardi ses prévisions de bénéfice et de chiffre d’affaires annuels, annonce qui a bénéficié au titre, en hausse de 2,64% à 88,22 dollars.

Palmarès du Cac 40 – séance du jour

Le top 5 du jour des valeurs du Cac 40

Le flop 5 du jour des valeurs du Cac 40

Point sur les matières premières principales

 

L’analyse technique du jour par DT Expert

En ce moment, la tech chinoise est chahutée, notamment le prix des actions des BATX (Baidu, Alibaba Tencent et Xiaomi), équivalent chinois des GAFAM. En effet, le 6 juillet dernier, le gouvernement chinois a pris pour cible les entreprises du numérique en annonçant un renforcement des politiques de sécurité des données et de celles concernant les cotations à l’étranger.

Depuis son point haut d’octobre 2020, Alibaba évolue au sein d’une nette dynamique baissière qui lui a permis de retourner sur ses niveaux atteints lors du pic de la pandémie en mars 2020. Par ailleurs, le RSI en zone de survente ainsi que les moyennes mobiles largement au-dessus du cours de Bourse nous confortent dans notre scénario baissier.

Aussi, tant que notre point pivot des 205,40$ ne sera pas dépassé, nous privilégierons une poursuite de la baisse vers les objectifs de retracement des 167,60$ puis surtout vers les 154,40$.

Scénario alternatif : la franche cassure du pivot des 205,40$ conduirait à une pression acheteuse avec tout d’abord le franchissement de l’oblique de résistance vers les 231,40$ en amont d’une accélération vers les 270,20$.

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put pour jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent

Voici notre sélection de turbos de la gamme Vontobel pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent sélectionné :

Bonne journée, bons trades et à la séance prochaine pour la suite de nos aventures…

 

AVERTISSEMENT

Les commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent l’opinion de DT Expert à un instant donné et sont susceptibles de changer à tout moment. Ils ne sauraient cependant constituer un engagement ou une garantie de la part de DT Expert. Les usagers reconnaissent et acceptent que par leur nature même, tout investissement dans des valeurs mobilières revêt un caractère aléatoire et qu’en conséquence, tout investissement de cette nature constitue un investissement à risque dont la responsabilité revient exclusivement à l’usager. Il est précisé que les performances passées d’un produit financier ne préjugent en aucune manière de leurs performances futures. Les turbos, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations, voire de perdre toute leur valeur. Il est recommandé à toute personne non avertie des spécificités de ces produits de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Copyright 2021 – DT Expert ©

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L’ÉCHÉANCE, émis par Vontobel Financial Products GmbH, véhicule d’émission dédié de droit allemand offrant une garantie du paiement des sommes dues par l’émetteur au titre du produit donnée par Vontobel Holding AG. Le produit est soumis au risque de défaut de paiement, de faillite ainsi que de mise en résolution de Vontobel Financial Products GmbH et Vontobel Holding AG. 

Renseignements importants 

Ce document n’est ni un conseil en placement ni une recommandation de placement ou de stratégie de nature financière, comptable, juridique ou autre ou une stratégie d’investissement, mais une publicité. Des informations complètes sur les instruments financiers, y compris les risques, sont décrites dans le prospectus de base respectif, ainsi que tout supplément éventuel, et dans les Conditions Définitives (« Final Terms ») respectives. Le prospectus de base et les Conditions Définitives constituent les seuls documents de vente contraignants pour les instruments financiers. Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ces documents avant de prendre toute décision d’investissement afin de bien comprendre les risques et les avantages potentiels d’un investissement dans les instruments financiers. Les investisseurs peuvent télécharger ces documents et le document d’information clé (KID) sur le site internet de l’émetteur, Vontobel Financial Products GmbH, Bockenheimer Landstrasse 24, 60323 Frankfurt am Main, Allemagne, à l’adresse https://prospectus.vontobel.com. En outre, le prospectus de base, tout supplément au prospectus de base et les Conditions Définitives sont disponibles gratuitement auprès de l’émetteur. L’approbation du prospectus par l’autorité compétente ne doit pas être considérée comme un avis favorable sur les instruments financiers offerts ou admis à la négociation sur un marché réglementé. Les instruments financiers ne sont pas des produits simples et peuvent être difficiles à comprendre. Ces informations contiennent une indication des performances passées. Le rendement passé n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les produits s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les facteurs de risques tels que décrits ci-dessous représentent les principaux facteurs de risques. 

Risque de perte du capital : ces produits présentant un risque de perte totale du montant investi à tout moment. 

Risque de marché : ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportant pas de protection du capital. 

Risque de désactivation :  pour les Turbos uniquement, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit sera automatiquement désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement. 

Effet de levier : ces produits peuvent intégrer un effet de levier, qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas. 

Risque de crédit : en acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

25/01/2022 15:29:29

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis