Rebond technique ou fin de correction ?

Rebond technique ou fin de correction ?

mercredi 21 juillet 2021Temps de lecture: 8 minutes

Pour JPMorgan, cela ne fait aucun doute : le récent sell-off sur les marchés financiers constitue une opportunité d’achat et les craintes de ralentissement économique sont prématurées et exagérées. A Paris, le message n’est passé qu’à moitié.

Si le Cac 40 a regagné 0,81% hier, à 6.346,85 points, il est loin d’avoir comblé ses pertes de lundi (-2,54%, soit la plus forte baisse de 2021). Outre-Atlantique, le Dow Jones et le Nasdaq Composite reprenaient eux aussi de la hauteur (+1,62% et +1,57% en clôture) à l’heure où l’Europe fermait ses portes après une séance de lundi compliquée.

Toutefois, sur le marché obligataire, le rendement de l’emprunt américain à 10 ans poursuit sa glissade à 1,13%, avant de revenir à 1,21%, signe que les investisseurs restent nerveux alors que le variant Delta contamine de plus en plus de personnes.

« Le marché actions devrait poursuivre sa progression au cours des prochaines années, principalement tiré par la croissance des résultats », estime Madison Faller, stratégiste chez JPMorgan Private Bank, interrogée par Bloomberg.

« Même si le nombre de contaminations augmente significativement avant de diminuer à nouveau, le taux des hospitalisations reste nettement inférieur à ce qu’il était au pic de la crise du Covid, ce qui est très important dans la perspective d’une réouverture. » conclut-elle.

Alstom fait forte impression

Du côté des entreprises, la saison des résultats trimestriels se poursuit. Aux Etats-Unis, le géant de l’informatique IBM (+3%) enregistré la plus forte croissance de son chiffre d’affaires trimestriel en trois ans grâce à une forte demande dans le cloud. L’assureur Travelers (+0,9%) a, lui, dévoilé des résultats supérieurs aux attentes pour le cinquième trimestre d’affilée.

En France, l’équipementier ferroviaire Alstom, deuxième constructeur mondial, a fait forte impression, en publiant un chiffre d’affaires et un carnet de commandes en hausse au premier trimestre 2021-2022 et supérieurs aux attentes. Le premier est ressorti à 3,7 milliards d’euros et le second à 6,44 milliards. Par rapport aux données pro-forma (intégration de Bombardier Transport), ils progressent de 33% et 106% respectivement sur un an. A la clôture, le titre Alstom s’est adjugé 2,53%.

Le groupe de spiritueux Rémy Cointreau (-0,73%) a confirmé ses perspectives pour son exercice décalé 2021-2022, après avoir enregistré une hausse de 95,3% de ses ventes en données publiées sur les trois mois d’avril à juin grâce notamment à la réouverture des bars et restaurants en Europe.

Le compartiment bancaire (BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale) est bien orienté dans le sillage d’UBS (+4,85% à Zurich), qui a fait état d’un bond de 63% de son bénéfice trimestriel dopé par la division de gestion de fortune.

Profitant d’un relèvement de recommandation de Citi à l’achat, Safran a gagné 2,82%. Le broker vise un cours cible de 131 euros.

Enfin, IGE +XAO s’est distingué. Le titre a grimpé de 15,04%, à 260 euros, s’alignant sur le prix proposé par Schneider Electric (+1,28%) dans le cadre de son projet d’offre publique d’achat simplifiée (OPAS) sur les 31,9% du capital de l’éditeur de logiciels qu’il ne détient pas encore.

Wall Street en nette hausse, efface l’essentiel des pertes de lundi

La Bourse de New York a terminé en nette hausse mardi, profitant d’un rebond après un repli marqué lundi, alimenté surtout par des facteurs techniques.

L’indice Dow Jones a fini en hausse de 1,62% à 34.511,99 points, le Nasdaq de 1,57% à 14.498,87 points et l’indice élargi S&P 500 de 1,52% à 4.323,06 points.

Pour Peter Boockvar, responsable de l’investissement chez Bleakley Advisory Group, en l’absence d’annonce ou d’indicateur macroéconomique majeur, cette inflexion est d’ordre « technique ».

Le gérant a cité la chute des taux obligataires américains, notamment le rendement à 10 ans qui a plongé brièvement sous 1,13% pour la première fois depuis début février et entraîné une réaction automatique.

« Les algorithmes ont réagi et ont déclenché des achats »de titres, a-t-il expliqué. Le mouvement a été alimenté par des opérateurs désireux d’acheter à la baisse (« buy the dip »), pensant faire une bonne affaire.

« Mais du point de vue des fondamentaux », a-t-il nuancé, « je ne m’explique pas qu’on soit terrorisé par le Covid un jour et qu’on s’en moque le lendemain. » Pour Peter Boockvar, les questions sur la vigueur de la reprise, aux Etats-Unis et au-delà, demeurent.

Seul indicateur macroéconomique notable de la journée, les mises en chantier de logements aux Etats-Unis en juin ont montré une augmentation, dont l’effet sur le marché a été compensé par un repli des permis de construire, un indicateur avancé du secteur du bâtiment et de l’immobilier.

Côté microéconomie, le croisiériste Carnival a pris le soleil mardi et progressé de 8,22% à 21,34 dollars. Le groupe prévoit que l’ensemble de sa flotte sera en service d’ici 2021, une communication à contretemps au moment où la flambée du variant Delta du coronavirus fait la Une quotidiennement.

Le leader mondial du secteur a emmené dans son sillage ses concurrents, notamment Norwegian Cruise Line (+7,82%) et Royal Caribbean Group (+7,75%).

Tout comme l’industrie des croisières, celle du transport aérien a remis le nez à la fenêtre mardi après avoir passé un mauvais lundi, plombé par la propagation du variant Delta du coronavirus et son impact potentiel sur les déplacements en avion.

Delta Air Lines a gagné 5,45% à 40,66 dollars, United Airlines 6,58% à 46,32 dollars et American Airlines 8,38% à 20,56 dollars.

Après avoir glissé pendant un mois, au point de voir sa capitalisation fondre de près de moitié, la chaîne de salles de cinéma AMC a bondi de 24,47% mardi, à 43,09 dollars.

Chouchou, avec GameStop, du mouvement des « meme stocks », qui a propulsé en orbite des actions en difficulté, AMC profite de la réouverture des salles et de bons chiffres de fréquentation.

Dans le secteur énergétique, le groupe de services pétroliers Halliburton (+3,56% à 20,05 dollars) a profité de bons résultats publiés avant Bourse, avec un bénéfice net trimestriel légèrement supérieur aux attentes.

Le cigarettier Philip Morris a lui fait mieux qu’attendu sur les revenus et le bénéfice, mais a revu à la baisse sa prévision de bénéfice par action, ce qui l’a entraîné à la baisse (-3,10% à 94,89 dollars).

Le groupe a cité l’incertitude relative aux restrictions sanitaires liées à la pandémie et la convalescence prolongée du duty-free dans les aéroports.

 

Palmarès du Cac 40 – séance du jour

Le top 5 du jour des valeurs du Cac 40

Le flop 5 du jour des valeurs du Cac 40

 

Point sur les matières premières principales

 

L’analyse technique du jour par DT Expert

Depuis son point bas de mars 2020 lié à la crise du Covid, AXA a retrouvé ses niveaux d’avant crise et a buté à plusieurs reprises sur les 23,10€. Le passage du cours de Bourse en dessous de ses moyennes mobiles décroissantes ainsi que le niveau actuel du RSI laissent présager une poursuite de la correction. Notre avis est donc négatif sur le titre avec en ligne de mire un premier objectif à 20,84€ en amont d’une poursuite de la correction vers les 19,40€.

Scénario alternatif : attention toutefois, la franche cassure de notre point pivot des 21,94€ invaliderait notre scénario et conduirait à un retour vers son plus haut annuel des 23,10€.

Sélection d’un turbo Call et d’un turbo Put pour jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent

Voici notre sélection de turbos de la gamme Vontobel pour ceux qui souhaitent jouer la hausse ou la baisse du sous-jacent sélectionné :

Bonne journée, bons trades et à la séance prochaine pour la suite de nos aventures…

 

AVERTISSEMENT

Les commentaires et analyses figurant dans ce document reflètent l’opinion de DT Expert à un instant donné et sont susceptibles de changer à tout moment. Ils ne sauraient cependant constituer un engagement ou une garantie de la part de DT Expert. Les usagers reconnaissent et acceptent que par leur nature même, tout investissement dans des valeurs mobilières revêt un caractère aléatoire et qu’en conséquence, tout investissement de cette nature constitue un investissement à risque dont la responsabilité revient exclusivement à l’usager. Il est précisé que les performances passées d’un produit financier ne préjugent en aucune manière de leurs performances futures. Les turbos, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations, voire de perdre toute leur valeur. Il est recommandé à toute personne non avertie des spécificités de ces produits de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter. Copyright 2021 – DT Expert ©

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL EN COURS DE VIE ET À L’ÉCHÉANCE, émis par Vontobel Financial Products GmbH, véhicule d’émission dédié de droit allemand offrant une garantie du paiement des sommes dues par l’émetteur au titre du produit donnée par Vontobel Holding AG. Le produit est soumis au risque de défaut de paiement, de faillite ainsi que de mise en résolution de Vontobel Financial Products GmbH et Vontobel Holding AG. 

Renseignements importants 

Ce document n’est ni un conseil en placement ni une recommandation de placement ou de stratégie de nature financière, comptable, juridique ou autre ou une stratégie d’investissement, mais une publicité. Des informations complètes sur les instruments financiers, y compris les risques, sont décrites dans le prospectus de base respectif, ainsi que tout supplément éventuel, et dans les Conditions Définitives (« Final Terms ») respectives. Le prospectus de base et les Conditions Définitives constituent les seuls documents de vente contraignants pour les instruments financiers. Il est recommandé aux investisseurs potentiels de lire attentivement ces documents avant de prendre toute décision d’investissement afin de bien comprendre les risques et les avantages potentiels d’un investissement dans les instruments financiers. Les investisseurs peuvent télécharger ces documents et le document d’information clé (KID) sur le site internet de l’émetteur, Vontobel Financial Products GmbH, Bockenheimer Landstrasse 24, 60323 Frankfurt am Main, Allemagne, à l’adresse https://prospectus.vontobel.com. En outre, le prospectus de base, tout supplément au prospectus de base et les Conditions Définitives sont disponibles gratuitement auprès de l’émetteur. L’approbation du prospectus par l’autorité compétente ne doit pas être considérée comme un avis favorable sur les instruments financiers offerts ou admis à la négociation sur un marché réglementé. Les instruments financiers ne sont pas des produits simples et peuvent être difficiles à comprendre. Ces informations contiennent une indication des performances passées. Le rendement passé n’est pas un indicateur fiable des résultats futurs.

Les produits s’adressent à des investisseurs spécialistes de ces produits et ne devraient être achetés que par des investisseurs disposant de connaissances spécifiques. Les facteurs de risques tels que décrits ci-dessous représentent les principaux facteurs de risques. 

Risque de perte du capital : ces produits présentant un risque de perte totale du montant investi à tout moment. 

Risque de marché : ces produits peuvent connaître à tout moment d’importantes fluctuations de cours, pouvant aboutir dans certains cas à la perte totale du montant investi. Les produits ne comportant pas de protection du capital. 

Risque de désactivation :  pour les Turbos uniquement, si le cours du sous-jacent atteint la barrière désactivante/prix d’exercice, le produit sera automatiquement désactivé et perd l’intégralité de sa valeur. Plus vous choisissez un Turbo dont la barrière désactivante est proche du cours actuel du sous-jacent, plus son prix est réduit et l’effet de levier important, et plus le risque de désactivation est élevé. Et inversement. 

Effet de levier : ces produits peuvent intégrer un effet de levier, qui amplifie les mouvements de cours du sous-jacent de référence, à la hausse comme à la baisse, ce qui peut avoir un effet favorable ou défavorable sur la valeur du produit, suivant les cas. 

Risque de crédit : en acquérant ces produits, l’investisseur prend un risque de crédit sur l’émetteur et sur son garant éventuel.

04/08/2021 05:25:46

 

Écrire un commentaire

 

  

 

  

 

* Tous les champs imposés doivent être remplis